L’œnotouriste, qui est-il ?

 

On distingue 4 catégories d’onotouristes qui se différencient bien les uns des autres de par leurs caractéristiques ainsi que leurs comportements.

 

L’épicurien 

Tout d’abord on va trouver : l’épicurien qui représente à lui seul 40% de la population œnotouristique. Ce type de visiteur possède des attentes spécifiques principalement centrées autour de la stimulation des sens, de la beauté, du bien-être et évidemment du plaisir. Il cherche à passer un agréable séjour centré autour du vin dans un cadre idyllique. Ses activités principales résident dans la dégustation et l’achat de vin (les épicuriens représentent 65% des acheteurs et adeptes de la dégustation de vin) ainsi que dans la visite de caves (les épicuriens représentent 50% des visiteurs des caves). L’épicurien est généralement munis d’un fort pouvoir d’achat et est un habitué des séjours œnotouristiques. De plus, on remarque que, dans cette catégorie, 40% d’étranger sont présents ce qui signifie que beaucoup d’entre eux cherchent à découvrir les vins français. 

 

Le classique

Le second type d’œnotouriste : le classique, qui représente 24% de cette population. Ce type d’œnotouriste recherche davantage une histoire et un patrimoine, il y retrouve donc le vin sans que ce soit la raison première de sa visite. Son but principal est d’apprendre et de visiter. La majeure partie d’entre eux apprécie particulièrement la découverte des terroirs. Cette catégorie est composée à 72% de français. On remarque que ces derniers ont un pouvoir d’achat plus faible que les autres catégories ce qui entraîne une moindre consommation dans les domaines.

 

L’explorateur

Le troisième type d’œnotouriste : l’explorateur, celui-ci représente 20% des œnotouristes en France. Les explorateurs privilégient la découverte du vin dans son essence et veulent le “ressentir”. Leur objectif est de connaître l’histoire d’un vin, comment le vigneron est parvenu à cette idée, cette couleur, cet arôme, comment est né le domaine etc… C’est un amoureux du vin! Il cherche principalement des milieux et des domaines méconnus, favorisant également des visites et dégustations familiales en petit comité. On remarque que 73 % d’entre eux sont de grands consommateurs de vin, de plus, le plus souvent dotés d’un revenu supérieur à la moyenne, ils représentent un fort enjeu financier dans le milieu œnotouristique.

 

L’expert 

Pour finir, le quatrième type d’œnotouriste : l’expert, représentant seulement 16% des œnotouristes, est le plus pointilleux de tous, cherchant constamment à apprendre de nouvelles choses concernant le vin et à découvrir tout ce qu’il peut sur le sujet. C’est pour lui une réelle science, une école et un savoir-faire. Il est important pour lui de faire partie des “connaisseurs” dans ce secteur. Cependant, avec son pouvoir d’achat plus restreint que celui des autres catégories, il n’achète que très peu lors de ses visites et préfère déguster, néanmoins 71% d’entre eux sont des consommateurs de vin réguliers.

 

Il y a différentes façons d’aborder un œnotouriste lorsque l’on est vigneron. Certains, comme les experts, chercheront en premier lieu la pédagogie dans le discours du vigneron. D’autres, comme l’épicurien ou l’explorateur, souhaiteront une relation, un lien convivial et chaleureux autour du partage.

 

Comme nous avons pu le voir précédemment, l’œnotouriste peut être français ou étranger. Les voyageurs internationaux sont très présents dans le secteur onotouristique et cherchent à découvrir les vins français reconnus mondialement.

L’œnotouriste, qui est-il ?

L’œnotouriste, qui est-il ?

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cet article compte 585 mots

2

minutes